Τρίτη, 21 Φεβρουαρίου 2012

Aς σώσουμε τον Ελληνικό λαό από τους σωτήρες του!


«Ας σώσουμε τον ελληνικό λαό από τους σωτήρες του!»

“Τη στιγμή που ένας στους δύο Έλληνες νέους είναι άνεργος, 25.000 άστεγοι περιπλανώνται στους δρόμους της Αθήνας, το 30% του πληθυσμού βρίσκεται κάτω από το όριο της φτώχιας, χιλιάδες οικογένειες υποχρεούνται να βάλουν τα παιδιά τους σε ιδρύματα προκειμένου να μην πεθάνουν από την πείνα και το κρύο, νεόφτωχοι και πρόσφυγες δίνουν μάχες για τους σκουπιδοτενεκέδες στους δημόσιους χώρους, οι «σωτήρες» της Ελλάδας, υπό το πρόσχημα ότι οι Έλληνες «δεν καταβάλουν αρκετές προσπάθειες», επιβάλλουν ένα νέο σχέδιο βοήθειας που διπλασιάζει τη χορηγούμενη θανατηφόρα δόση. Ένα σχέδιο που καταργεί το εργατικό Δίκαιο και καταδικάζει τους φτωχούς σε ακραία ένδεια, εξαφανίζοντας παράλληλα τις μεσαίες τάξεις.

Διαβάστε τη συνέχεια εδώ



Au moment où un jeune Grec sur deux est au chômage, où 25 000 SDF errent
dans les rues d’Athènes, où 30% de la population est tombée sous le seuil
de pauvreté, où des milliers de familles sont obligées de placer leurs
enfants pour qu’ils ne crèvent pas de faim et de froid, où nouveaux
pauvres et réfugiés se disputent les poubelles dans les décharges
publiques, les «sauveurs» de la Grèce, sous prétexte que les Grecs «ne
font pas assez d’efforts», imposent un nouveau plan d’aide qui double la
dose létale administrée. Un plan qui abolit le droit du travail, et qui
réduit les pauvres à l’extrême misère, tout en faisant disparaître du
tableau les classes moyennes.

Le but ne saurait être le «sauvetage» de la Grèce : sur ce point, tous les
économistes dignes de ce nom sont d’accord. Il s’agit de gagner du temps
pour sauver les créanciers tout en menant le pays à une faillite différée.
Il s’agit surtout de faire de la Grèce le laboratoire d’un changement
social qui, dans un deuxième temps, se généralisera à toute l’Europe. Le
modèle expérimenté sur les Grecs est celui d’une société sans services
publics, où les écoles, les hôpitaux et les dispensaires tombent en ruine,
où la santé devient le privilège des riches, où les populations
vulnérables sont vouées à une élimination programmée, tandis que ceux qui
travaillent encore sont condamnés aux formes extrêmes de la paupérisation
et de la précarisation.

Mais pour que cette offensive du néolibéralisme puisse arriver à ses fins,
il faut instaurer un régime qui fait l’économie de droits démocratiques
les plus élémentaires. Sous l’injonction des sauveurs, on voit donc
s’installer en Europe des gouvernements de technocrates qui font fi de la
souveraineté populaire. Il s’agit d’un tournant dans les régimes
parlementaires où l’on voit les «représentants du peuple» donner carte
blanche aux experts et aux banquiers, abdiquant leur pouvoir décisionnel
supposé. Un coup d’Etat parlementaire en quelque sorte, qui fait aussi
appel à un arsenal répressif amplifié face aux protestations populaires.
Ainsi, dès lors que les députés ont ratifié la convention dictée par la
troïka (l’Union européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds
monétaire international), diamétralement opposée au mandat qu’ils avaient
reçu, un pouvoir dépourvu de légitimité démocratique aura engagé l’avenir
du pays pour trente ou quarante ans.

Parallèlement l’Union européenne s’apprête à constituer un compte bloqué
où serait directement versée l’aide à la Grèce afin qu’elle soit employée
uniquement au service de la dette. Les recettes du pays devraient être en
«priorité absolue» consacrées au remboursement de créanciers, et, si
besoin est, directement versées à ce compte géré par l’Union européenne.
La convention stipule que toute nouvelle obligation émise dans son cadre
sera régie par le droit anglais, qui engage des garanties matérielles,
alors que les différends seront jugés par les tribunaux du Luxembourg, la
Grèce ayant renoncé d’avance à tout droit de recours contre une saisie
décidée par ses créanciers. Pour compléter le tableau, les privatisations
sont confiées à une caisse gérée par la troïka, où seront déposés les
titres de propriété de biens publics. Bref, c’est le pillage généralisé,
trait propre du capitalisme financier qui s’offre ici une belle
consécration institutionnelle. Dans la mesure où vendeurs et acheteurs
siégeront du même côté de la table, on ne doute guère que cette entreprise
de privatisation soit un vrai festin pour les repreneurs.

Or toutes les mesures prises jusqu’à maintenant n’ont fait que creuser la
dette souveraine grecque et, avec le secours de sauveurs qui prêtent à des
taux usuraires, celle-ci a carrément explosé en approchant des 170% d’un
PIB en chute libre, alors qu’en 2009 elle n’en représentait encore que
120%. Il est à parier que cette cohorte de plans de sauvetage - à chaque
fois présentés comme «ultimes» - n’a eu d’autre but que d’affaiblir
toujours davantage la position de la Grèce de sorte que, privée de toute
possibilité de proposer elle-même les termes d’une restructuration, elle
soit réduite à tout céder à ses créanciers sous le chantage de «la
catastrophe ou l’austérité».
L’aggravation artificielle et coercitive du problème de la dette a été
utilisée comme une arme pour prendre d’assaut une société entière. C’est à
bon escient que nous employons ici des termes relevant du domaine
militaire : il s’agit bel et bien d’une guerre conduite par les moyens de
la finance, de la politique et du droit, une guerre de classe contre la
société entière. Et le butin que la classe financière compte arracher à
«l’ennemi», ce sont les acquis sociaux et les droits démocratiques, mais
au bout du compte, c’est la possibilité même d’une vie humaine. La vie de
ceux qui ne produisent ou ne consomment pas assez au regard des stratégies
de maximisation du profit, ne doit plus être préservée.

Ainsi, la faiblesse d’un pays pris en étau entre la spéculation sans
limites et les plans de sauvetage dévastateurs, devient la porte dérobée
par où fait irruption un nouveau modèle de société conforme aux exigences
du fondamentalisme néolibéral. Modèle destiné à toute l’Europe et plus si
affinités. C’est le véritable enjeu et c’est pour cela que défendre le
peuple grec ne se réduit pas à un geste de solidarité ou d’humanité
abstraite : l’avenir de la démocratie et le sort des peuples européens
sont en question. Partout la «nécessité impérieuse» d’une austérité
«douloureuse, mais salutaire» va nous être présentée comme le moyen
d’échapper au destin grec, alors qu’elle y mène tout droit.

Devant cette attaque en règle contre la société, devant la destruction des
derniers îlots de la démocratie, nous appelons nos concitoyens, nos amis
français et européens à s’exprimer haut et fort. Il ne faut pas laisser le
monopole de la parole aux experts et aux politiciens. Le fait qu’à la
demande des dirigeants allemands et français en particulier la Grèce soit
désormais interdite d’élections peut-il nous laisser indifférents ? La
stigmatisation et le dénigrement systématique d’un peuple européen ne
mériteraient-ils pas une riposte ? Est-il possible de ne pas élever sa
voix contre l’assassinat institutionnel du peuple grec ? Et pouvons-nous
garder le silence devant l’instauration à marche forcée d’un système qui
met hors la loi l’idée même de solidarité sociale ?

Nous sommes au point de non-retour. Il est urgent de mener la bataille des
chiffres et la guerre des mots pour contrer la rhétorique ultralibérale de
la peur et de la désinformation. Il est urgent de déconstruire les leçons
de morale qui occultent le processus réel à l’œuvre dans la société. Il
devient plus qu’urgent de démystifier l’insistance raciste sur la
«spécificité grecque», qui prétend faire du caractère national supposé
d’un peuple (paresse et roublardise à volonté) la cause première d’une
crise en réalité mondiale. Ce qui compte aujourd’hui ne sont pas les
particularités, réelles ou imaginaires, mais les communs : le sort d’un
peuple qui affectera tous les autres.

Bien des solutions techniques ont été proposées pour sortir de
l’alternative «ou la destruction de la société ou la faillite» (qui veut
dire, on le voit aujourd’hui : «et la destruction et la faillite»). Toutes
doivent être mises à plat comme éléments de réflexion pour la construction
d’une autre Europe. Mais d’abord il faut dénoncer le crime, porter au
grand jour la situation dans laquelle se trouve le peuple grec à cause des
«plans d’aide» conçus par et pour les spéculateurs et les créanciers. Au
moment où un mouvement de soutien se tisse autour du monde, où les réseaux
d’Internet bruissent d’initiatives de solidarité, les intellectuels
français seraient-ils donc les derniers à élever leur voix pour la Grèce ?
Sans attendre davantage, multiplions les articles, les interventions dans
les médias, les débats, les pétitions, les manifestations. Car toute
initiative est bienvenue, toute initiative est urgente.

Pour nous, voici ce que nous proposons : aller très vite vers la formation
d’un comité européen des intellectuels et des artistes pour la solidarité
avec le peuple grec qui résiste. Si ce n’est pas nous, ce sera qui ? Si ce
n’est pas maintenant, ce sera quand ?

Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue «Alètheia», Athènes, Michel
Surya, directeur de la revue «Lignes», Paris, Dimitris Vergetis, directeur
de la revue «Alètheia», Athènes. Et : Daniel Alvara,Alain Badiou,
Jean-Christophe Bailly, Etienne Balibar, Fernanda Bernardo, Barbara
Cassin, Bruno Clément, Danielle Cohen-Levinas, Yannick Courtel, Claire
Denis, Georges Didi-Huberman, Roberto Esposito, Francesca Isidori,
Pierre-Philippe Jandin, Jérôme Lèbre, Jean-Clet Martin, Jean-Luc Nancy,
Jacques Rancière, Judith Revel, Elisabeth Rigal, Jacob Rogozinski, Hugo
Santiago, Beppe Sebaste, Michèle Sinapi, Enzo Traverso 

Πηγή:Libération
                   Sauvons le peuple grec de ses sauveurs!

2 σχόλια :

  1. Βρε Βασούλα, δεν ξέρουμε όλοι γαλλικά.Πώς να το διαβάσουμε;

    ΑπάντησηΔιαγραφή
  2. Σοφία μου, βρήκα τη μετάφραση σ'ένα blog. Για να την κάνω εγώ η ίδια καταλαβαίνεις ότι θα έπρεπε να αφιερώσω πολύ χρόνο.

    ΑπάντησηΔιαγραφή